Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Je t’aime, moi non plus : les relations franco-algériennes connaissent le (...)

Je t’aime, moi non plus : les relations franco-algériennes connaissent le tangage

mercredi 14 avril 2021, par Michel Berthélémy

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le temps n’est pas au beau fixe dans les relations entre la France et l’Algérie. Jean Castex, le premier ministre français, devait se rendre en voyage officiel à Alger dimanche 11 avril. La démarche a été reportée… à une date ultérieure. Les raisons sont peut-être à trouver dans certaines déclarations algériennes. Par exemple ces paroles du conseiller chargé des archives et de la mémoire, Abdelmadjid Chicki, en déplacement à Guelma : « nos archives nationales sont très sensibles et ne sont pas communicables au risque de provoquer le chaos dans le pays » …/…« J’ai donné des directives pour que les noms des personnes et des lieux soient supprimés des documents en question pour ne pas toucher aux personnes physiques »…/…« Dans tous les pays du monde, les responsables des archives travaillent ainsi pour ne pas freiner les travaux des historiens et des chercheurs. Ce qui importe le plus, c’est le fait historique, à moins qu’il soit question d’un travail sur une personne bien définie. Dans ce cas, nous fournissons un crayon et une feuille pour uniquement prendre des notes à partir du document mis à disposition ». (https://www.elwatan.com/edition/actualite/certaines-de-nos-archives-sont-sensibles-et-non-communicables-06-04-2021)

Autre exemple : l’exigence réitérée de certains hauts responsables d’obtenir des excuses de la part de la France pour les crimes commis pendant toute la période coloniale. Ce à quoi s’était opposé Emmanuel Macron au moment de la réception du rapport Stora.
Dernier exemple en date : la demande du président algérien Tebboune en direction de la France, de « nettoyer » la région saharienne des déchets issus des expériences nucléaires menées dans les années 60. 13 février 1960, la France réalisait son premier essai nucléaire, suivi de 3 autres dans l’atmosphère et 13 à flanc de montagne du Tan Afella. Soixante-et-un ans après, la question de la prise en charge des conséquences sanitaires et environnementales pour les populations du Sahara reste entière.

Ces quelques exemples ne peuvent sans doute pas expliquer seuls le report du voyage de M. Castex à Alger. Mais ils ont dû peser lourd dans la balance. Au point que Benjamin Stora a pu déclarer le 7 avril au journal Le Soir, en s’adressant aux différentes parties : « si vous voulez vous disputer sur la repentance, ce sera sans moi ! » (https://plus.lesoir.be/365060/article/2021-04-07/benjamin-stora-auteur-du-rapport-sur-la-colonisation-francaise-en-algerie-si).

extraits de presse : https://www.elwatan.com/edition/actualite/les-relations-algero-francaises-dans-une-zone-de-turbulences-la-presse-de-droite-charge-lalgerie-11-04-2021

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.